Tighmert

vers une oasis culturelle

mai 2016

par Carlos Perez Marin

 @Ahmed Dabah

@Ahmed Dabah

Le Festival Caravane de Tighmert est né d’un besoin et d’une envie de profiter de la magie d’un espace géographique, l’oasis de Tighmert, et de l’énergie de ses gens. Celle-ci est l’histoire de sa création.

 

 @carlos perez marin

@carlos perez marin

L'OASIS DE TIGHMERT

L’oasis de Tighmert se trouve à 17 km de la ville de Guelmim (Maroc), dans la commune d’Asrir. Il est présumé que dans cette commune se trouvait la ville de Nul Lamta (À côté de l’oasis d’Asrir) qui date, au moins selon les descriptions de Al-bakri, du XIe siècle.

Asrir et Tighmert ont eu une grande importance historique puisqu’avec M’hamid, ceux deux lieux étaient les points de départs, et d’arrivées, des caravanes qui se dirigeant vers le sud, vers la Mauritanie et le Mali.

 “Le Maroc Saharien des origines à 1670” D. Jacques-Meunié

“Le Maroc Saharien des origines à 1670” D. Jacques-Meunié

L’arrivée des caravanes a toujours été une occasion pour fêter le succès de la traversée du Sahara avec des chants et des danses, or,les hommes libres faisaient leurs fêtes d’un côté et les esclaves les siennes dans un autre endroit. Encore aujourd’hui, sur les berges de l’oued Noun, les descendants des esclaves se réunissent chaque année pour célébrer le Festival des Esclaves, avec les mêmes chants et danses de l’époque. 


Néanmoins l’importance historique, culturelle et économique qui avait l’oasis de Tighmert auparavant, n’a pas un reflet à présent dans l’oasis.  En 2015, un groupe d’amis (Bouchra Boudali, Ahmed Dabah, Halima Bardid et Carlos Perez Marin) ont décidé de créer un festival pour les habitants avec plusieurs finalités. Tout d’abord il était nécessaire de renforcer l’estime de soi de la communauté, surtout après les inondations de 2014 qui ont provoqués des dégâts importants pendant les deux semaines d’isolement dû aux creux des deux rivières. Afin d’oublier ces souffrances, il fallait organiser des activités culturelles pour les gens de Tighmert mais aussi pour montrer les possibilités d’attirer l’attention des artistes en montrant les valeurs de l’oasis.

De toutes les manières, le festival n’allait pas partir du néant. On a déjà mentionné l’existence du festival des esclaves, mais des associations locales travaillent depuis très longtemps sur des projets sociaux internationaux avec des échanges très intéressants entre les jeunes de Tighmert et de la France. Aussi les femmes de la coopérative Qafila Tighmert qui fabriquent des khaïmas et des tapis, réalisent des projets en partenariat avec des associations marocaines et européennes. Parfois c’était des organisations qui venaient pour développer des ateliers autour de la construction en terre et de la vie oasienne, comme ceux faits par Marsad Drâa en 2013, Warsha Sahara.  

 @carlos perez marin

@carlos perez marin

 

 @carlos perez marin

@carlos perez marin

warsha sahara

septembre 2013

En septembre 2013 Marsad Drâa a démarré des ateliers pour les jeunes artistes et architectes marocains. L’objectif était de profiter de l’oasis en tant que espace d’expérimentation artistique et architectural.

Pour cette première occasion, l’artiste Rachid Ouhnni a mené des expériences avec un groupe d’enfants de l’oasis qui nous ont permis apprendre et comprendre le système d’arrosage, avec toutes ses implications spatiales, urbanistiques, sociales, économiques, environnementales... 

 

Les navigateurs du désert

Ou bien, avec la construction des maisons en terre à échelle réduite qui nous ont fait découvrir les contraintes fonctionnelles, techniques et sociales de l’habitat local.

 

Les bâtisseurs du désert

 

 @carlos perez marin

@carlos perez marin

festival caravane tighmert 2015

du 21 au 27 juillet

En mai 2015, après avoir parlé du besoin de faire un événement culturel, nous avons décidé d’organiser une série de concerts et d’ateliers pendant le mois de juillet. Or, le tout premier problème que nous devions confronter était l’argent. Il est vrai que nous n’avions que deux mois pour chercher le financement et que tous les appels aux projets de différentes institutions avaient déjà expiré, mais il est vrai que les autorités de Guelmim n’allaient, non plus, nous aider. Face à cette problématique il nous restait que faire appel aux amis, de l’oasis et d’ailleurs. Ainsi, des musiciens, des artistes, des biologistes et des historiens ont voulu venir et partager leurs expériences et savoirs pour vete première édition avec tous, enfants, jeunes et femmes de Tighmert.

Pour les concerts nous avons utilisé une maison, d’un des organisateurs, et deux parcelles de l’oasis, où les musiciens se sont reproduits en version jam session, acoustique, concert électrique pendant toute la semaine.

 

Jam session avec Hossni Boudali et NassRock.

Maâlem Abdelkébir Merchane en concert acoustique avant l’ouverture du festival.

Les artistes visuels ont travaillé dans une maison en terre abandonnée et ses alentours.

 @carlos perez marin

@carlos perez marin

Arejdal, Beladel, Bouhchichi, Nadif, Ouhnni, Raïs et Saouli sont les artistes qui ont développé des recherches, des ateliers et ont produit cette exposition.

Un des objectifs du festival était la rencontre entre les artistes et la population locale:

Rencontre qui a été plus facile lors que les artistes menaient des ateliers liés à l’art.

Mais aussi à l’environnement et à la vie nomade, grâce aux membres de l’Association des Amis de l’Environnement de Zagora (Adil Moumane et Dahmane Rabmoun) qui sont venus pour animer des ateliers et des conférences.

 @carlos perez marin

@carlos perez marin

Le bilan global du Festival Caravane de Tighmert 2015 à été très positif. Bien si les premiers jours de concerts le public n’a pas été très nombreux, les gens de la palmeraie ont fini par se rendre massivement aux concerts au fur et à mesure qu’ils sont su de son existence. Par contre les ateliers ont eu un grand succès entre les enfants et les femmes.

 

les conséquences du festival

Normalement les festivals se produisent seulement une fois par an et si jamais la population locale en profite elle le fera que pendant l’événement. Depuis le début, nous nous sommes dits qu’il faut absolument penser d’abord aux enfants, aux femmes et aux jeunes de l’oasis, en programment des activités pendant toute l’année.

Par ailleurs, la finalité n’était pas de devenir la seule association qui organise des activités sinon créer une atmosphère et une inertie qui encourage les gens à profiter et à travailler sur les potentialités de l’oasis et de ses gens en tant qu’espace de création. 

Ainsi, le premier festival a été un révulsive pour les jeunes, qui autour de la nouvelle association créée, organisent des activités pour les enfants, seuls ou en partenariat avec des associations de Guelmim. Ce réseau qui commence à se faire basé sur la culture, sera très important et peut-être la meilleur réussite du festival.

Mais il y a eu plusieurs effets dérivés du festival.

CENTRE CULTUREL

En juillet 2015 nous avons loué une maison traditionnelle en terre qui était abandonnée où les artistes plasticiens ont travaillé. Aujourd’hui cette maison est devenue non seulement le siège de l’Association des Amis du Festival Caravane de Tighmert, mais un centre culturel où divers collectifs réalisent leurs activités.

 @carlos perez marin

@carlos perez marin

MUSIQUE

Le groupe local NassRock répéte maintenant dans les locaux de l’association “Les Amis du Festival Caravane de Tighmert” et la deuxième édition les encourage à améliorer leur performance. Au même temps, d’autres jeunes s’approchent aux locaux intéressés pour apprendre à faire de la musique.

THÉÂTRE

Après le festival et grâce aux réseaux sociaux, une compagnie de théâtre berlinoise, Goettliche Samen, s’est mise en contact avec nous parce qu’ils étaient intéressés à travailler une pièce avec les jeunes de l’oasis et d’Allemagne. Il est vrai qu’ils avaient commencé à travailler avec une association de Guelmim, mais après avoir vu les activités menées par les jeunes pendant le festival ils ont décidé d’utiliser Tighmert comme base au Maroc.

 @Goettliche Samen

@Goettliche Samen

ART CONTEMPORAIN

L’écho des travaux des plasticiens dans la maison a provoqué un grand intérêt et ils ont été très nombreux les artistes qui veulent venir pour la prochaine édition. Cela veut dire qu’il va falloir faire un appel aux candidats pour donner la possibilité de participer à tout le monde.


Cependant, il y a ceux qui vont pas attendre et qui sont déjà venus pour leurs propres projets artistiques tel que Amine El Gotaibi et Mohamed El Mahdaoui.

 @carlos perez marin

@carlos perez marin

DANSE CONTEMPORAINE

La danseuse, chorégraphe et plasticienne Claudia Triozzi a été à Casablanca dans le cadre d’une résidence à l’Espace Darja (dirigé par Meryem Jazouli), mais puisque son prochain spectacle sera autour de l’habitat en terre, elle est venue accompagnée par Marsad Drâa (partenaire de notre festival) pour découvrir les modes de vie oasiens, une recherche qu’elle continuera pendant le festival en juillet et qui présentera en France en 2017.

 @carlos perez marin

@carlos perez marin

DESIGN ET ARTISANAT

Nous voulons développer l’artisanat local, ainsi, les femmes de l’oasis travailleront sur le design et la fabrication de sacs à main en profitant leurs savoir-faire sur les tentes nomades. Ces sacs seront vendus pendant le festival et ils deviendront une ligne d’accessoires dans l’avenir.

 @carlos perez marin

@carlos perez marin

Premiers brouillons des sacs par Carlos Perez Marin.

 @carlos perez marin

@carlos perez marin

En définitif, le festival montre les capacités de la culture de devenir un moteur de développement culturel, social et économique.

 

festival caravane tighmert 2016

du 18 au 24 juillet 

La prochaine édition aura lieu du 18 au 24 juillet 2016 et nous espérons continuer à encourager les jeunes de Tighmert, et ses environs, à développer la culture traditionnelle et contemporaine de l’oasis.

Vous trouverez les actualités du festival sur les réseaux sociaux:
Facebook
Twitter
Instagram
YouTube